dimanche 5 janvier 2014

Concilier allaitement et travail

Je profite de ma semaine de vacances pour faire un peu le point. Cela va faire 2 mois que j'ai repris le travail, tout en poursuivant l'allaitement de ma Poussinette.

Pour Pimprenelle, la crèche n'acceptait pas que l'on ramène des biberons de lait maternel, le choix de la passer en mixte dès ses 3 mois s'est donc fait tout seul, puisque je ne me voyais pas traverser la ville 3 ou 4 fois par jour pour venir l'allaiter sur place. On a poursuivit ainsi jusqu'à un peu plus de 6 mois.

Mais pour ma Poussinette, 2 ans plus tard, la crèche accepte maintenant qu'on apporte des biberons de lait maternel. Même si le lait infantile est un substitut acceptable (le meilleur qu'on ait trouvé jusqu'à maintenant), je suis intimement persuadée que mon lait est ce qu'il y a de meilleur pour mon bébé. Et puis, comme il est fort probable que ce soit ma dernière (ne jamais dire jamais, certes, mais bon ...), j'ai envie de prolonger ce lien très fort avec ma toute petite le plus longtemps possible. Je me suis dit, pourquoi pas, on tente le coup, mais sans pression non plus, si cela ne marche pas, pas d'acharnement.

Alors ? Honnêtement, les débuts ont été difficiles, il a fallut trouver notre organisation, ma Poussinette a dû s'adapter au biberon, mon corps aussi a dû trouver son rythme.

Ma Poussinette boit en ce moment 2 biberons de 150ml environ à la crèche. J'avais fait quelques réserves en prévision de la reprise. Au départ, je tirais mon lait le matin (un biberon de 150ml) et je décongelais un sachet de 150ml également. Mais, mes réserves diminuaient trop rapidement, et le week-end, je n'arrivais pas à tirer assez pour la semaine. En plus, ma Poussinette ayant décidé qu'elle préférait attendre maman, s'est remise à téter plusieurs fois la nuit alors que cela faisait plusieurs semaines qu'elle ne se réveillait plus qu'une fois (voire certaines nuits, carrément plus du tout !!), du coup, le matin, j'avais beaucoup de mal à tirer assez (être très fatiguée n'aide pas non plus ...). J'ai donc changé de stratégie : je tire maintenant mon lait le soir. Comme le lait maternel se conserve 24H au frigo, je prépare comme ça directement les biberons du lendemain pour ma puce. Evidemment, le timing est serré, et si je rentre un peu plus tard que d'habitude, ça risque d'exploser (en effet, j'arrive à tenir, sans avoir besoin de tirer mon lait au cours de la journée, ce qui tombe bien car au travail, je n'ai pas vraiment la possibilité de le faire).

Pour le moment, on a trouvé notre équilibre comme ça. Biberons de lait maternel à la crèche, et pour les vacances et week-end, uniquement le sein de maman. Ma Poussinette profite et moi aussi. On verra avec la diversification alimentaire comment adapter à nouveau notre organisation. Je ne fais pas de plans pour l'avenir, mais tant que ça marche, on continue !

Mes "conseils" (facile à dire, hein, puisque chacune fait avec ses contraintes, son corps, ses envies) pour réussir son allaitement en reprenant le travail :

* S'équiper d'un tire-lait électrique : le mien m'a été prescrit par une sage-femme conseillère en lactation à la maternité, à qui j'avais parlé de mes difficultés lors de mon premier allaitement (engorgement, mastite, etc ...). Indispensable pour ne pas passer des heures à tirer son lait.

* Anticiper la reprise du travail et faire des réserves : ici, j'utilise les sachets Lansinoh (chers mais solides, ils ne se percent pas lors de la décongélation). Mes réserves me servent quand je rentre un peu tard et que papa doit donner un biberon, ou alors quand je suis très fatiguée et que j'ai un peu moins de lait.

* Pas de biberons les week-end ou en vacances, pour continuer à avoir assez de lait.

* Optimiser ses journées de travail : je réduis ma pause de midi pour pouvoir rentrer plus tôt. Si vous avez un employeur compréhensif, ceci dit - et c'est pas gagné, car c'est encore plutôt inhabituel de poursuivre son allaitement après la reprise du travail. Ici, on me regarde un peu étrangement quand je refuse certaines réunions le soir ou des déplacements le week-end parce que j'allaite ma fille (enfin bon, j'ai échappé aux remarques désobligeantes pour le moment).

* Se faire confiance et écouter son bébé.

Alors, bien sur, ici, cela marche aussi parce qu'on habite à 2 minutes de la crèche, que je peux donner le sein à mon bébé juste avant de partir et qu'il me faut une dizaine de minutes seulement pour aller à mon travail. J'optimise bien mes journées pour ne pas rentrer trop tard,et donc pour n'avoir que 2 biberons seulement à préparer.

Bonne chance à celles qui veulent tenter l'aventure, c'est souvent épuisant, mais cela en vaut la peine !


8 commentaires:

  1. Je me retrouve dans ton histoire. Les debut on été dur . On avait habitué ma chipie au bib de mon lait tout se passer bien. Puis les vacances ou je ne donnait que le sein pour continuer la lactation . Et retour au travail et la, elle n a plus voulu des bib .... obliger de courir sur la pause dej pour lui donner le sein parceque a 3 mois je ne voulais pas commencer les pots. Et je fait des journée de 10h( 11h sur place) donc si elle se nourrissait pas c etait pas possible. Donc on a commencer a 4 mois des pots de laitage pour bebe. Et pareil des nuits d enfer ce qu elle ne tétait pas la journee elle le prenait la nuit . Par contre on a insister pour le bib qu elle a fini pas reprendre mais juste le midi . Et puis notre routine c est installé. Je tirer mon lait au boulot que je conserver dans le frigo et les remarque qui vont bien avec je vous les passes on les connait toute et du coup on a eu 27 mois d allaitement ! Que j ai arreter tout en douceur. Donc oui c est possible allaitement et travail. Ce n est pas facile tous les jours il faut s accrocher .apres si c est un vrai desir on s accroche. On se bat contre tout et tous .

    Je vous souhaite un allaitement long et c est tellement beau cette complicité .

    Et aujourd'hui ma fille de 28 mois et tres autonome ne me colle pas comme certain peuvent dire du fait que je l ai allaiter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le partage d'expérience. 27 mois, wahou, je suis impressionnée. Pour le moment, je n'arrive pas à me projeter aussi loin, on verra bien, on fait au jour le jour. (Et tu as bien raison, allaiter longtemps son enfant ne le rend pas moins autonome qu'un autre ... vive les idées reçues !!)

      Supprimer
  2. Coucou,
    Je viens de découvrir ton billet sur HC !
    Et bien, je suis atterrée par la crèche !
    L'allaitement n'est pas évident pour tout le monde et chaque allaitement je pense est différent en fonction de nos vies, nos bébés... tu soulignes très bien tout ceci.
    Tes petits conseils sont tops aussi.
    Nous avons des bébés du même âge à peu près et j'ai allaité 19 mois. Elle n'a jamais rien pris d'autre que mon lait. J'ai perdu mon boulot à cause de ma grossesse et mon allaitement mais je suis fière d'avoir réussi à tenir bon contre le harcèlement pour ma fille.

    En tout cas. Joli billet. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message. Pour la crèche, le problème, c'est qu'ils ont du mal à s'adapter, les enfants doivent rentrer dans des cases, et quand ça sort de l'ordinaire, ça les embête. Heureusement que la référante de ma Poussinette est super sympa, ça compense. Sinon, je regrette qu'on ne facilite pas plus la vie des mamans qui veulent allaiter, et 19 mois d'allaitement, c'est super, bravo !

      A bientôt

      Supprimer
  3. très beau témoignage! juste un petit conseil que je me permets: tu peux garder le lait au frigo bien plus que 24 h, mini 4 jours. J'ai allaité plus de 2 ans et heureusement que je pouvais garder mon stock au frigo sur plusieurs jours, j'avais plus de mal à donner du lait congelé. Bonne continuation!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'information, je ne savais pas. Il me semblait avoir lu ça, notamment dans le protocole transmis par la crèche, mais il se peut que la crèche soit plus "stricte" que ce qu'il est possible. En tout cas, je note car cela me facilitera la vie :)

      Supprimer
    2. oui les crêches ont des protocoles très stricts, plus que la réalité... voici les données de la leache league Dans l’état actuel des recherches, on peut dire que le lait se conserve :
      - à température ambiante (19 à 22°), pendant de 4 à 6 heures (max 8h),
      - à 15°, pendant 24 heures,
      - au réfrigérateur (0 à 4°), jusqu'à 8 jours,
      - dans le compartiment pour surgelés d’un réfrigérateur, pendant deux semaines,
      - dans le compartiment 3 étoiles d’un combiné réfrigérateur-congélateur, pendant trois à quatre mois,
      - dans un congélateur séparé (-18°), pendant plus de six moi

      Supprimer
  4. Merci à toi pour toutes ces précisions !

    RépondreSupprimer