vendredi 7 novembre 2014

un bébé à maman ?

Ma Poussinette, depuis qu'elle est née, est ce qu'on pourrait appeler un "bébé à maman". Elle est très proche de moi, parfois même fusionnelle, on se gave de bisous, de câlins.


Dès les premières heures, à la maternité, elle a dormi avec moi, tout contre moi. Pendant de nombreux mois, c'est dans mes bras qu'elle voulait être, uniquement dans mes bras (merci mon écharpe, et surtout, surtout mon Ergobaby !), et, si elle acceptait son papa, dès que possible, c'est vers moi qu'elle retournait (c'est un peu en train de changer ces derniers temps, et quelques fois, maintenant, je l'ai vu pleurer parce papa partait sans elle). 

Depuis qu'elle sait marcher, quand le matin, c'est son papa qui va la chercher (oui, parce que, en plus de mal dormir la nuit, mademoiselle est matinale ...), dès qu'elle peut, elle en profite pour s'échapper du salon et venir me rejoindre dans la chambre. Elle me réveille avec son grand sourire en grimpant sur le lit. Je ne peux pas résister, je fonds, je craque ♥♥♥ 

Quand je rentre du travail, elle fait le pot de colle, le bébé koala, impossible de la poser, il lui faut sa dose de "maman", sa tétée de retrouvailles, même si elle n'a pas vraiment faim. Elle a besoin d'être tout contre moi, de me sentir, de me toucher, et moi aussi, j'en profite pour respirer son odeur de bébé encore un peu.

Mais parfois, j'aimerais respirer un peu, être moins indispensable, déléguer le rituel du coucher, avoir quelques minutes tranquilles. Et puis, c'est aussi une question d'équilibre, pour elle, pour moi. Alors, je me pose des questions. Est-ce que c'est moi qui crée cette dépendance (qui au fond ne me déplaît pas tant que ça) ? Est-ce que c'est son caractère ? Est-ce que c'est l'allaitement long ?

Pour tout vous dire, ma Pimprenelle, elle, depuis tout bébé, est très très proche de son papa. C'est lui qui la consolait la nuit, c'est dans ses bras qu'elle voulait être, et je me suis sentie frustrée, rejetée (jalouse, même) de cette relation fusionnelle qu'elle avait avec son papa, à tel point que je m'étais jurée que, si il y avait un numéro 2, ce serait un bébé à maman ... d'où mes interrogations aujourd'hui ! Est-ce que c'est moi qui inconsciemment induit cette relation, en ne laissant pas sa place au papa ??!

Pour l'allaitement, j'ai choisi un allaitement long pour ma Poussinette, alors bien sûr, on a une relation particulière, intense, câline, incomparable et irremplaçable. Pourtant, Pimprenelle, elle aussi a été allaitée 6 mois et demi, c'est quand même pas rien (comme quoi, ceux qui disent que l'allaitement empêche le papa de trouver sa place, ont vraiment tout faux ^^). Ça doit jouer, c'est sûr, mais ma Poussinette aussi a son mot à dire et y trouve son compte, j'ai même l'impression qu'elle en a besoin, et qu'elle n'est pas prête à passer à autre chose (alors que moi, pour ma part, un peu plus).

Les tous premiers instants ont aussi été bien plus facile avec ma Poussinette grâce aussi à un accouchement plus "facile", dont je me suis bien mieux remise et plus rapidement alors que pour Pimprenelle, j'ai eu une fin de grossesse épuisante, un accouchement à rallonge (près de 24h) et des douleurs importantes les premiers jours, qui rendaient pénibles les moindre gestes (j'avais du mal à lui donner son bain faire ses soins, etc ... et donc un papa forcément plus présent aussi). Je me souviens d'un premier mois assez terrible et j'ai mis bien plus de temps à créer des liens avec mon bébé. Alors que pour ma Poussinette, ça a été un vrai coup de foudre, une évidence dès le début. Bien sûr, aujourd'hui, j'aime mes deux filles à la folie, mais ce processus d'attachement et ces premiers jours vécus de manière si différente ont sûrement dû jouer également.

Je suis ambivalente par rapport à cette relation extrêmement fusionnelle, je suis ravie de profiter de mon bébé plus si petit le plus longtemps possible, de ces instants câlins qui m'avaient tant manqué pour Pimprenelle (ce n'est pas du tout dans son tempérament,  c'est une petite fille toujours en mouvement, et quand on arrive à l'attraper pour un bisou ou un câlin, elle se sauve au bout de 30 secondes). Mais j'aimerais aussi que ma toute petite puisse être rassurée dans d'autres bras que les miens, et surtout j'ai peur de l'empêcher de s'épanouir et d'aller vers les autres. Je devrais relativiser, je sais bien, ma Poussinette va à la crèche, tout se passe bien, elle fait la coquine avec ses petits copains, elle a sa place. Mais, on se pose plein de questions quand on est maman, et on a toujours peur de mal faire !! 

Allez, ma bonne résolution : arrêter de me torturer avec mes questions et profiter pleinement des câlins de mon bébé 



4 commentaires:

  1. J'ai le même "soucis" avec ma fille. Je m'occupe d'elle à temps pleins et on est très fusionnelles. Je me prends pas mal de réflexion de la famille. Mais en fait, je m'en fiche, je profite. Elle est quand même sociale, va avec lmes autres facilement, fait de gros câlins à son père qu'elle adore ! Donc je profite...et je te conseille de faire pareil ! L'amour d'un bébé ça ne se refuse pas ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, mais c'est toi qui à tout à fait raison, je vais juste profiter des câlins de mon bébé !!

      Supprimer
  2. Comme tout ce que tu as écrit me parle!!! Je vis la même chose!! Je me suis encore fait la réflexion il y a 2 jours... Ma seconde pleure dès que je tente de la mettre dans les bras de qqn d'autre, même si elle connaît on ne peut mieux la personne en question. Quand je suis là, c'est moi, moi et moi. Impossible quand je la retrouve de la laisser par terre jouer, elle hurle! Elle ne veut que mes bras... Alors j'oscille entre culpabilité et craquage... Tout a été tellement plus simple avec elle que je suis certaine que ça a joué aussi. Et surtout, je me suis fait beaucoup plus confiance avec elle, et ça, c'est certain que ça a facilité beaucoup de choses.
    Comme chez toi mon aînée est câlin express. Toute petite déjà, elle préférait crapahuter que rester dans les bras, et les bras, ça allait super chez tout le monde. Et elle a montré dès tout bébé une nette préférence pour son papa, chose qui m'a beaucoup blessée par moments (d'autant plus qu'avec mes horaires de boulot je suis souvent absente aux moments clés).
    Avec ma 1ère l'attachement se fait sur la durée. L'histoire n'est pas évidente, elle est arrivée après plusieurs fausses couches, une grossesse difficile et sous traitement, un accouchement provoqué et douloureux... Tite deuz est arrivée comme une fleur, grossesse idéale, accouchement de rêve (et pourtant sans péridurale. Etrange car beaucoup plus douloureux physiquement que le 1er sous péridurale et pourtant moins douloureux "psychologiquement"), un bébé super zen, qui a fait ses nuits quasi dès la mater et qui ne pleurait pas des heures durant le soir comme sa soeur nous l'a fait vivre. Un coup de foudre comme pour toi.
    Pour ce qui est de l'allaitement, j'ai allaité la 1ère miss 6 mois et la 2ème 1 an.
    Ce qui me tracasse c'est que ma grande ressente cette facilité vis à vis de sa soeur et ces questionnements vis à vis d'elle qui nous a fait devenir parents et tout découvrir au fur et à mesure où elle avance... Je n'ai pas fini de me poser des questions, c'est sûr!
    Et vous êtes magnifiques! Très belle photo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me reconnais beaucoup dans ton histoire c'est sûr (et c'est marrant, mais je ne l'ai pas précisé, j'ai aussi accouché sans péridurale pour ma deuxième, et malgré la souffrance physique, je l'ai, comme toi beaucoup mieux vécu). J'aurais pu parler de la confiance aussi, c'est vrai, j'étais clairement bien plus à l'aise avec ma deuxième. Je me demande du coup si ma Pimprenelle ne sent pas elle aussi que c'est plus facile pour nous avec sa soeur (petite fille tellement cool), que du coup elle en rajoute pour nous en faire voir de toutes les couleurs...

      Bref, on a pas fini de se poser des questions je crois !!!!

      Supprimer