vendredi 29 mai 2015

La bienveillance face aux réalités du quotidien, mes outils pour m'en sortir .... #1 On écrit les règles


La bienveillance, la parentalité ou l'éducation positive, ce sont des concepts qui me parlent, qui m'intéressent et auxquels je suis particulièrement sensible, mais il faut bien l'avouer, au quotidien, c'est plutôt la pagaille. 

On se cherche, on est incohérent, on hésite, on crie trop fort, on tape aussi parfois (oui, oui, même si je crois profondément à l'éducation non violente, je me heurte encore trop souvent à mes limites, mes faiblesses, et j'ai bien honte de tout ça, de l'écrire, bien sûr, mais encore plus de ne pas arriver à trouver de solution pour changer mon comportement, et de faire du mal à mes enfants), et puis il y a les mots, ceux qu'on voudrait pouvoir retenir parce qu'ils font mal.

Il y a la fatigue, je résiste mal au manque de sommeil, elle me fait péter les plombs, m'effondrer, je perds tous mes repères, mes bonnes résolutions s'envolent. Il y a aussi moi et MrGeek, notre couple : même s'il comprend tous ces concepts, il n'est pas fondamentalement convaincu... Au quotidien, quand je craque et qu'il faudrait prendre le relais, il crie bien trop fort, il s'énerve, il punit, je punis. Il a peur de se laisser dominer, de ne pas se faire respecter, et puis surtout, il n'est pas patient, il n'accepte pas que changer notre communication avec nos enfants, emprunter le chemin de la bienveillance, cela prend du temps, il faut discuter, expliquer, négocier, poser des limites fermement mais dans le respect des enfants et souvent il faut recommencer. A court terme, oui, cela prend plus de temps, c'est vrai, mais je suis persuadée que c'est un vrai investissement pour l'avenir, pour une vie de famille plus apaisée et plus respectueuse. Il n'a pas les bonnes clés, pas la patience de chercher, et moi je suis fatiguée, énervée, je le contredis devant les enfants, ... bref LE GRAND N'IMPORTE QUOI !

Un soir, j'ai littéralement pété les plombs au milieu de la chambre des enfants, en hurlant que j'en avais marre des cris (paradoxe ... oui, oui), des "râleries" en tout genre, du bordel de la maison, qui est toujours crado ... Je me suis vue devenir dingo, et là, je me suis dis que ce n'était plus possible de continuer comme ça.

Première décision :  dès le lendemain, on a établi avec MrGeek et les enfants un certain nombre de règles, pour toute la famille, sur des points qui nous semblaient important à respecter pour tout le monde. Il y a eu depuis, quelques ajustements : au quotidien, certaines règles ne semblaient pas utiles (exemple, avant de partir à l'école, je mets mes chaussures), puisque respectées naturellement par tout le monde, et d'autres méritaient d'être reprécisées... Après avoir tâtonné un peu, voici les points sur lesquels nous nous sommes mis d'accord : 

* Je mange dans le calme et assis correctement sur ma chaise : fini les petites filles qui se lèvent 15 fois par repas, les fourchettes qui font de la musique sur les assiettes et Pimprenelle qui se balance sur sa chaise. On a décidé que pour que chacun profite de ce temps partagé, il nous fallait un peu de calme.

* Je joue avec mes jouets, je laisse les affaires de papa et maman dans les placards. Je joue dans ma chambre ou au salon, pas dans la cuisine : je vous ai parlé de la façon un peu exubérante de jouer de ma Pimprenelle ... et bien, j'en avais marre qu'elle pique en douce sur mon bureau, mes perles, mes crochets, mes jolis scotchs, etc ... pour en faire son pique-nique (et le fait que certaines choses soient en hauteur dans des placards ne l'arrêtait absolument pas ...). Bref, j'avais un besoin vital qu'elles respectent mon espace et mes affaires. De plus, notre cuisine étant très étroite et pas très pratique (elle a la forme d'un long couloir), cela devenait invivable d'avoir les filles et leurs jouets en plein milieu quand on essaye de ranger ou de faire à manger.

* Je ne tape pas, je ne mords pas, je ne tire pas les cheveux : celle-ci s'applique à tout le monde, mais surtout à ma Poussinette, qui est assez terrible, elle pousse, elle tape, elle mord, elle tire les cheveux, et c'est surtout sa sœur qui est sa victime. Cette règle, assez simple finalement, se trouve être une des plus difficiles à faire respecter, parce que ma Poussinette a tout juste 2 ans, un âge de colères, de frustration, d'opposition, qu'elle ne parle pas tellement donc difficile de lui dire de verbaliser ... on a essayé beaucoup de choses, pour vous dire, même le coin, mais rien n'y fait. Je ne sais pas quelle réponse positive et bienveillante trouver pour résoudre ce problème. Mais la règle est écrite, et on la montre à Poussinette à chaque fois qu'elle ne la respecte pas, c'est déjà ça...

* Quand il est l'heure d'aller se coucher, je reste dans mon lit calmement : on ne peut pas obliger un enfant à dormir, par contre, ici, il y avait trop d'agitations, trop de levés intempestifs, et du coup, cercle vicieux, je rigole, je joue dans mon lit, j'ai encore plus de mal à trouver le sommeil ... Du coup, la règle : on n'est pas obligé de dormir, mais on se repose et on cherche le sommeil, on peut éventuellement prendre un petit livre.



Avec des enfants qui ne lisent pas encore et une petite fille de pas tout à fait 2 ans qui parle très très peu, j'ai choisi de mettre une couleur par règle, illustrée de petits dessins, pour que ce soit aussi visuel. Les règles sont affichées de manière bien visible sur le frigo, et en général, il suffit, avec Pimprenelle, de lui dire "Les règles", comme une sorte de mot clé, pour que tout rentre dans l'ordre rapidement. On s'est volontairement limité à un petit nombre de règles, 4 pour nous, histoire que ce ne soit pas trop lourd et que ce soit plus facilement mémorisable et applicable.

Globalement, il y a du mieux, surtout pour les repas qui sont plus paisibles. Pimprenelle aime beaucoup ce concept de règles, et moi qui avait peur qu'elle trouve ça contraignant, au contraire, elle adore les regarder et les rappeler à sa soeur ^^Avec ma Poussinette, c'est plus compliqué, elle est à cet âge où elle dit "non" avant d'avoir entendu la question et avec ses problèmes de sommeil et d'endormissement, la règle du dodo, comme Pimprenelle l'appelle a du mal à être respectée.

Ces règles sont amenées à changer, à évoluer en même temps que les enfants et que notre cheminement. Certaines n'auront plus de raison d'être, d'autres vont apparaître. Elles sont personnelles à chaque famille. Il ne faut pas perdre de vue que l'objectif de ces règles est de rendre la vie de famille plus agréable pour tout le monde, pas plus contraignante ! En tout cas, c'est comme ça que je l'explique aux enfants : les règles, c'est pour que tout le monde soit plus heureux.

A suivre, quelles conséquences si ces règles ne sont pas respectées et quelles alternatives à la punition (qui de toute façon, ici, ne marche pas) ?






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire